Buscar en la Web

Close me
Domingo, Abril 23, 2017
Reforme Du Credit A La Consommation

El Hotel San Jeronimo cumple con las disposiciones de la ley 679 del 2001 y sus posteriores resoluciones “para contrarrestar la explotación, pornografía y turismo sexual con niños, niñas y adolescentes”.

Reforme Du Credit A La Consommation

Reforme Du Credit A La Consommation

Comment peut-on réguler le marché du crédit ?

Pas évident d'essayer d'entrevoir de quelle manière pourraient évoluer nos sociétés sans crédit. Ceci est compréhensible, vu qu'aucun autre modèle fiable et durable ne puisse être en mesure de prendre la relève à grande échelle. S'il n'y a pas de crédit, pas de créations d'entreprises, d'achats immobiliers ni de ventes de voitures neuves. Autant dire une situation économique apocalyptique. Si le propos n'est pas de désavouer le principe même de l'emprunt, l’expansion du prêt renouvelable et ses conséquences mortifères sur les ménages est cependant un phénomène beaucoup plus alarmant.

En quoi le crédit revolving pose-t-il problème ?

Que ce soit pour de l'achat immobilier ou pour de l'entrepreneuriat, certains projets ne peuvent voir le jour sans le recours à un prêt. Faire appel au crédit personnel est dans bien des cas indispensable dès que l'épargne des ménages est insuffisant pour acheter une nouvelle auto ou pour des travaux de rénovation. En fait, le crédit n'a pas à être dénoncé lorsqu'il permet de concrétiser un projet bien défini et qui soit utile à long terme pour une personne ou pour un groupe (mais seulement si le taux d'intérêt est raisonnable). Dès lors que la banque est assurée de la bonne situation financière du demandeur et de sa capacité à rembourser, elle est prête à lui accorder un crédit. Le cas le plus délicat est celui des réserves d'argent (ou crédits revolving) dont l’existence même fait encore polémique parmi les associations de défense des consommateurs. Avec un TAEG astronomique et son principe de reconstitution de la réserve, le crédit renouvelable peut présenter des conséquences dramatiques sur les finances d'une famille s'il est utilisé sans intelligence. Assez facile et rapide à souscrire, ce prêt permet aux acheteurs de payer leurs courses en grande surface ou en ligne grâce à une carte aux couleurs de l'organisme prêteur. Le problème, c'est que l'emprunteur est parfois enclin à se servir de cette réserve en pensant qu'il s'agit là de son propre argent pour finalement réaliser des achats futiles et à taux exorbitant. Si aucune initiative de plafonnement drastique des taux, voire une suppression nette de ce type de crédit n'est exprimée, alors la lutte contre le sur-endettement est quasiment perdue d'avance.

Une interdiction pourrait inciter les organismes à réfléchir sur de nouvelles formules de crédit moins addictives.

Soutenir le crédit en mettant l'accent sur des relais de distribution parallèles

Si le prêt revolving devait disparaître, il est probable que ce soient les grandes surfaces et les e-commerçants qui en pâtiraient les premiers. Pour satisfaire l'envie de s'offrir des meubles ou des appareils électroniques, beaucoup de clients font appel au prêt revolving. Malheureusement, rien ne peut affirmer que les établissements financiers accepteraient de se mettre aux micro-crédits pour compenser la suppression du crédit renouvelable et de son fort taux d'intérêt.
Des alternatives devront alors rapidement être mises en place.

La première idée serait que le gouvernement vienne épauler les associations de commerçants afin qu'elles lancent leur propre organisme de crédit. Ce service serait soutenu par l’État et sa fonction serait de proposer des solutions de crédit entre 500 et 2000 euros pour chaque client qui exprimerait la volonté de payer à crédit ses achats. La gestion pourrait être confiée à une agence nouvellement créée ou à une société spécialisée dans le prêt à la consommation et les responsables décideraient eux-mêmes de la politique commerciale à suivre. Si le projet se concrétise, il est possible d'imaginer que les clients obtiendraient une carte de paiement associée à leur prêt, mais exemptée de réserve d'argent. S'ils se regroupent, les commerçants seraient gagnants (à terme) et les acheteurs feraient des économies.

Autre alternative, favoriser le développement du crédit entre particuliers en soutenant la création d'une plateforme nationale de mise en relation. En utilisant ce système, les emprunteurs réaliseraient une simulation suivie d'une demande de crédit en ligne. Après analyse du dossier, les investisseurs décideraient ou non d'octroyer Reformer le secteur du credit crédit. Même s'il faut un certain temps pour que les citoyens participent massivement à ce site, la création d'un tel projet peut toutefois se faire rapidement.


Une autre idée consiste à convaincre la BCE d'injecter des fonds directement dans les établissements de crédit qui appartiennent à l'État français. Dans ce cas de figure, les montants investis profiteraient directement aux ménages et alimenteraient l'économie du quotidien.

city-h-c-270-420-8

Testimonios

Nulla at neque nulla. Morbi vel accumsan turpis. Morbi ut est metus. Aliquam erat volutpat. Morbi ultrices ante a mauris suscipit accumsan. Phasellus velit orci, mattis vel placerat. Integer nibh erat, porta in fermentum in, accumsan q...

John Doe

Nulla at neque nulla. Morbi vel accumsan turpis. Morbi ut est metus. Aliquam erat volutpat. Morbi ultrices ante a mauris suscipit accumsan. Phasellus velit orci, mattis vel placerat. Integer nibh erat, porta in fermentum in, accumsan q...

John Smith